posturologue

Quand voir un posturologue ?

La posturologie est l’étude la posture. Elle peut être révélatrice d’un problème quelconque difficilement détectable par la médecine traditionnelle.

C’est pourquoi une visite chez un posturologue peut être d’une grande importance, surtout lorsque l’origine de certaines douleurs et gênes est inexpliquée. À travers cet article, vous avez la possibilité d’en savoir plus à propos de cette discipline.

Qu’est-ce qu’un posturologue ?

Il convient surtout de définir qu’est-ce que la posturologie. Le métier de posturologue deviendra ensuite plus facile à expliquer. L’étude de la posture, ou posturologie, fait partie de la médecine non conventionnelle.

C’est une discipline très peu connue de nos jours, alors qu’un très grand nombre de personnes souffre des conséquences d’une mauvaise posture. Les maux de tête, les douleurs musculaires, les vertiges, l’arthrose ou les problèmes des pieds ne sont que quelques exemples des résultats possibles d’une mauvaise posture.

La posture est le résultat des différentes instructions qu’envoie le cerveau aux muscles. Le système postural est un système complexe qui fait intervenir des capteurs internes et externes de notre corps.

Ces capteurs envoient différentes informations qui vont être compilées et interprétées par le système nerveux central à l’intérieur du cerveau. C’est ce dernier qui commande ensuite tous les muscles du corps pour effectuer tel ou tel mouvement afin d’obtenir une bonne posture.

Un capteur sensoriel au niveau de la plante des pieds peut, par exemple, signaler au cerveau que vous êtes en train de glisser sur une chaussée mouillée. Le cerveau interprète cette information et envoie des signaux à plusieurs muscles afin de maintenir le corps bien droit.

Ainsi, une mauvaise posture est le résultat d’un dysfonctionnement de l’un des différents capteurs. Le capteur défectueux peut envoyer une information erronée au cerveau.

Ce dernier réagit et transmet des instructions « anormales » aux muscles. Le sujet concerné peut alors se tenir différemment, causant par exemple des pressions mécaniques inhabituelles sur un muscle, une articulation, un tissu ou une autre partie du corps. Il s’en suit alors des douleurs et des gênes, qui peuvent être ponctuels, occasionnels ou répétitifs.

Quand voir un posturologue ?

Les douleurs et les gênes que nous avons décrites précédemment peuvent être traitées par la médecine allopathique. Cependant, même après guérison, elles peuvent devenir répétitives lorsque la source n’est pas corrigée.

La médecine allopathique devient surtout peu efficace lorsque les douleurs et la source sont éloignées. À titre d’exemple, lorsqu’une personne a un problème de vue, elle peut avoir des problèmes de dos au bout de quelques semaines parce qu’elle aurait pris l’habitude de se rapprocher de son écran et de courber légèrement son dos.

Dans cette situation, la médecine allopathique peut difficilement faire le lien entre le problème de vue et la douleur dans le dos.

Certains symptômes peuvent être le signe d’une mauvaise posture, surtout lorsqu’ils sont répétitifs. Voici quelques exemples :

  • Les maux de tête et les migraines ;
  • Les douleurs dans le bas du dos ou sur les côtés ;
  • Les tensions dans le cou ou au niveau des mâchoires ;
  • Les douleurs articulaires ;
  • L’arthrose ;
  • Les problèmes de pieds ;
  • Le vertige, les sensations de chute et de déséquilibre ou les chutes inexpliquées ;
  • Le trouble visuel ;
  • La perte de performance inexpliquée (surtout pour les sportifs) ou la sensation de manque d’énergie ;
  • Le déficit de concentration, la maladresse ou le manque de coordination des mouvements ;
  • La fatigue chronique, localisée ou non.

Le bilan postural

Un posturologue utilise toute une série de tests pour localiser l’origine d’un éventuel déséquilibre postural. Il doit faire le tour des différents capteurs qui envoient des informations au cerveau. Voici quelques exemples de ces tests :

  • Un examen de la posture en général, de l’alignement des différentes parties du corps pour s’assurer, par exemple, que les épaules sont à la bonne hauteur, que les pieds sont bien posés au sol ou que les genoux ne sont pas déviés ;
  • Un examen des yeux ;
  • Un examen d’équilibre ;
  • Un examen de la démarche afin de vérifier si les capteurs sensoriels de la plante des pieds fonctionnent correctement ;
  • Un passage sur une plate-forme de stabilométrie qui permet de détecter les zones de pression de la plante des pieds ;
  • Un passage sur une plate-forme optique afin d’étudier différentes parties du corps comme la colonne vertébrale, le bassin, les épaules, etc.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *