Recherche-action

Depuis sa fondation, la recherche-action est l’outil privilégié par l’Institut DesÉquilibres pour innover, valider, modéliser et transférer son expertise dans le domaine du sport favorisant une approche psychosociale.

Depuis 2014, DesÉquilibres priorise cette démarche de recherche-action autour de l’utilisation du sport afin de trouver des solutions à différents enjeux sociaux tels que les rapports culturels, le handicap, l’éducation dans un contexte d’immigration,…

Une recherche-action de 4 ans : le programme Alter-Action

L’ensemble des programmes de formation de l’Institut de DesÉquilibres repose sur une expertise de près de 20 ans de terrain et sur une démarche de recherche scientifique.

Une recherche action, financée par le Ministère du développement économique et de l’innovation sociale du Québec a été réalisée par DesÉquilibres en collaboration avec l’Université d’Ottawa de septembre 2009 à juin 2013.

Cette recherche-action menée auprès de 4 cohortes de jeunes ayant participé au programme Alter-action  a donné naissance à la modélisation de l’expertise de DesÉquilibres dans un objectif de transfert. Les résultats ont, entre autres, démontré que sur le plan psychologique, les jeunes ont développé de la confiance, le sens de la détermination, l’estime de soi et la persévérance scolaire. Sur le plan sociologique, les participants ont également acquis des aptitudes liées à l’autonomie, à l’initiative personnelle, aux sens des responsabilités ainsi qu’à leur capacité de réaliser des projets collectifs axés sur la coopération et la solidarité.

Cette recherche-action a donné lieu à la production de plusieurs articles scientifiques et mémoires. Elle a également servi de base pour la rédaction du livre pédagogique L’Alternative explosive!

Équipe de recherche

L’équipe de recherche de l’Institut DesÉquillibres est pilotée par Nicolas Moreau, chercheur principal et professeur adjoint à la faculté des sciences sociales de l’Université d’Ottawa.

Principes de recherches

DesÉquilibres a fait le choix de réaliser des recherches-actions. L’institut priorise l’expérience terrain pour ensuite effectuer un travail de théorisation dans une logique de transmission. L’approche qualitative, l’observation participante ainsi que  des entrevues semi-directives sont donc privilégiées.